Tamara Alegre et Élie Autin

Embodiments, Cloacas, Dwellings, Sex & Alienation

cet atelier propose de s’essayer à différentes pratiques d’embodiment à travers des fictions qui prennent comme point de départ les organes sexuels, ainsi que les parties du corps qui les entourent, dont les hanches, le ventre, le cul, le cloaque. de là, ensemble, noux partirons à la recherche d’états liminaires et de trajectoires liées à l’autoplaisir, la sensualité, l’érotisme (erotic togetherness), l’aliénation, le dwelling.

cette démarche est un exercice de résistance, une approche qui tente de laisser de côté la binarité en faisant place à la multiplicité et à la complexité des sensations, des émotions et des expériences, et dans le désir d’ouvrir un espace pour l’évacuation et l’empowerment.

noux travaillerons avec un format de plusieurs séances impro- visées en groupe, de 30–40 minutes, dans une lumière tamisée avec des éléments tels que des vibrations sonores, des liquides visqueux, des objets/matériaux non utilitaires.

Tamara Alegre travaille avec la danse et la chorégraphie. Née à Gran Canaria, elle/iel a étudié le commerce et la psychologie avant de se diriger vers la musique et devenir programmatrice de musique, dj et tour manager jusqu’en 2016.
Ses recherches tournent autour des embodiments sensuelles, des fictions sur la sexualité/les organes sexuels et les états physiques liminaires comme outils chorégraphiques.
En 2018, elle obtient une maîtrise en chorégraphie à DOCH, Stockholm et crée FIEBRE, cosigné depuis 2019, avec Lydia Ö Diakité, Marie Ursin, Nunu Flashdem et Célia Lutangu. L’œuvre a été présentée dans plusieurs lieux d’Europe et a remporté le Young Choreographers Award à Impulstanz en 2021.
En parallèle à la pièce, Tamara a développé un atelier en slime pour des adolescent·e·x·s femmes et non-binaires, qui aborde des thèmes tels que la sexualité, le «body positivism» et la non-compétition. Pour cela, Tamara été assistée localement par Dani Curbelo, artiste et activiste trans à Tenerife, aux Îles Canaries.
La pratique de danse de Tamara est influencée par une passion pour le Dancehall, essayant de comprendre comment se positionner en tant que personne blanche ayant accès à la culture noire. D’un point de vue structurel, elle/iel vise le changement dans le champ de la danse contemporaine, qui est encore très blanc aujourd’hui en Europe – une cause qui n’est possible qu’en étroite alliance et grâce aux contributions de ses collaborateu.rice.x.s et ami.e.x.s
Elle/iel a dansé pour La Ribot et Mårten Spångberg et, plus récemment, pour Nikima Jagudajev, Carlos María Romero et PRICE.
Tamara est artiste résidente à l’Arsenic, Lausanne, pour les trois prochaines années où elle crée avec Elie Autin, Margarida Alfeirão, Lydia Ö Diakité et al. NOS FUIMOS, la deuxième partie d’une trilogie qui a commencé avec FIEBRE.
La combinaison du travail en tant que danseuse, chorégraphe, l’implication dans des pratiques collaboratives et la création des espaces est essentielle pour elle/iel.

Élie Autin intègre en 2016 la Manufacture HES-SO (Lausanne) en danse contemporaine option création.
Au cours de ses études, différentes rencontres artistiques se font.
David Zambrano l’invite a présenter un solo de danse lors de l’ouverture du centre d’art Tic Tac Art Center à Bruxelles.
Également mannequin et modèle photo, Élie travail avec Timon Imveldt, Daniel Bolliger, Mikael Vilchez, la marque Agapornis ainsi que d’autres photographes et fashion designers… Ces différentes expériences en danse et mannequinat lui permettent d’évoluer dans différents environnements tout en restant proche du corps.
Directement après l’obtention de son diplôme au sein de ce Bachelor, Élie travaille sur différentes créations et production artistiques, (théâtre, danse, performance) en tant qu’interprète, mais aussi en tant que créatrice et co-créatrice de certaines pièces.
Ayant travaillé avec Tamara Alegre, Natasza Gerlach, Juliette Uzor, Nagi Gianni, Alexandre Doublet et d’autres personnes, Élie commence aussi maintenant à développer son propre travail artistique.

atelier

L’Abri – Madeleine
Sam 13.11 / 14:00

Atelier en mixité choisie sans hommes cisgenres*.
Aucun prérequis nécessaire, motivation à explorer ces pratiques depuis le corps et dans un cadre collectif indispensable. Horaires et inscriptions sur theatredelusine.ch *cisgenre: lorsque l’on se reconnaît dans le genre qui nous a été attribué à la naissance

Photo: (c) Gaïa Lamarre