Tamara Alegre avec Élie Autin, Margarida Alfeirão, Lydia Östberg Diakité et al.

nos fuimos

nxs fuimxs est un sortilège chorégraphique, une traversée, un voyage à travers des seuils d’aliénation.

nos fuimos constitue la deuxième pièce d’un triptyque initié avec FIEBRE (2018), qui expérimente des pratiques d’embodiment autour des organes sexuels, d’idée d’union érotique, de cohabitation d’émotions complexes et d’autoplaisir.

dans le langage commun, nos fuimos est une expression qui signifie que le départ a déjà eu lieu. ici, c’est le résultat d’une fictionnalisation radicale des corps. un seul et même canal relie toutes les fonctions vitales liées au bas-ventre et au cloaque, l’organe sexuel d’où on tire la force érotique. munies de ces corps- fictions, les danses s’incarnent dans l’individualité et rencontrent la synchronie dans le groupe et deviennent exutoire, nettoyage et espace de soutien mutuel.

nxs fuimxs ouvre un espace-temps liminaire où la connexion et la contamination triomphent à travers les vibrations, le vent et les émotions.

nos fuimos est basé sur l’importance du travail en équipe, l’entraide et les questionnements visant à bousculer les schémas structurels liés à l’accessibilité et la visibilité de l’auteur•e•x singulier.

** nous avons volontairement retiré toutes les majuscules de ce texte, suivant des courants littéraires afro-féministes (bell hooks, tatiana nascimento), dans le but de poursuivre l’écriture d’une langue non hiérarchisante et non obéissante.

Tamara Alegre travaille avec la danse et la chorégraphie. Née à Gran Canaria, elle/iel a étudié le commerce et la psychologie avant de se diriger vers la musique et devenir programmatrice de musique, dj et tour manager jusqu’en 2016.
Ses recherches tournent autour des embodiments sensuelles, des fictions sur la sexualité/les organes sexuels et les états physiques liminaires comme outils chorégraphiques.
En 2018, elle obtient une maîtrise en chorégraphie à DOCH, Stockholm et crée FIEBRE, cosigné depuis 2019, avec Lydia Ö Diakité, Marie Ursin, Nunu Flashdem et Célia Lutangu. L’œuvre a été présentée dans plusieurs lieux d’Europe et a remporté le Young Choreographers Award à Impulstanz en 2021.
En parallèle à la pièce, Tamara a développé un atelier en slime pour des adolescent·e·x·s femmes et non-binaires, qui aborde des thèmes tels que la sexualité, le «body positivism» et la non-compétition. Pour cela, Tamara été assistée localement par Dani Curbelo, artiste et activiste trans à Tenerife, aux Îles Canaries.
La pratique de danse de Tamara est influencée par une passion pour le Dancehall, essayant de comprendre comment se positionner en tant que personne blanche ayant accès à la culture noire. D’un point de vue structurel, elle/iel vise le changement dans le champ de la danse contemporaine, qui est encore très blanc aujourd’hui en Europe – une cause qui n’est possible qu’en étroite alliance et grâce aux contributions de ses collaborateu.rice.x.s et ami.e.x.s
Elle/iel a dansé pour La Ribot et Mårten Spångberg et, plus récemment, pour Nikima Jagudajev, Carlos María Romero et PRICE.
Tamara est artiste résidente à l’Arsenic, Lausanne, pour les trois prochaines années où elle crée avec Elie Autin, Margarida Alfeirão, Lydia Ö Diakité et al. NOS FUIMOS, la deuxième partie d’une trilogie qui a commencé avec FIEBRE.
La combinaison du travail en tant que danseuse, chorégraphe, l’implication dans des pratiques collaboratives et la création des espaces est essentielle pour elle/iel.

Élie Autin intègre en 2016 la Manufacture HES-SO (Lausanne) en danse contemporaine option création.
Au cours de ses études, différentes rencontres artistiques se font.
David Zambrano l’invite a présenter un solo de danse lors de l’ouverture du centre d’art Tic Tac Art Center à Bruxelles.
Également mannequin et modèle photo, Élie travail avec Timon Imveldt, Daniel Bolliger, Mikael Vilchez, la marque Agapornis ainsi que d’autres photographes et fashion designers… Ces différentes expériences en danse et mannequinat lui permettent d’évoluer dans différents environnements tout en restant proche du corps.
Directement après l’obtention de son diplôme au sein de ce Bachelor, Élie travaille sur différentes créations et production artistiques, (théâtre, danse, performance) en tant qu’interprète, mais aussi en tant que créatrice et co-créatrice de certaines pièces.
Ayant travaillé avec Tamara Alegre, Natasza Gerlach, Juliette Uzor, Nagi Gianni, Alexandre Doublet et d’autres personnes, Élie commence aussi maintenant à développer son propre travail artistique.

Margarida Alfeirão is a dance artist based in Berlin, she was born in Lisbon where she learnt kuduro, brazilian funk and batuku, genres disseminated in the urban dance scene of the city due to the presence of the Angolan , Brazilian and Cape Verdean Communities. This contact transmitted through the urban social tissue was later  the main catalyst for her work as a performer, focusing mainly on her experience of being a female on dance floors. Body politics and body erotics are the content which she defies by reinforcing sensuality and pleasure for women. She worked with and for artists from various backgrounds, including architect Afaina de Jong and designer Innavisions, thinking of how bodies and space are choreographed in the city, performer Joana D‘água, choreographer Antonja Livingstone and visual artist Nadja Lauro, visual artist Chica dos Remédios.

Lydia Östberg Diakité is a dancer, choreographer and union organizer who since 2013 is based in Copenhagen. Ö. Diakité is inspired by and refers in their work to popular cultural phenomena, hyper-performativity, contemporary criticism and tenderness. These themes and concepts are embodied in the works FIEBRE 2018, co-signed with Tamara Alegre, Marie Ursin, Nunu Flashdem and Célia Lutangu, EMBRACE 2020 created together with Adam Seid Tahir and Meleat Fredriksson and solo work CRY BABY 2020. Ö. Diakité works with a black feminist/intersectional feminist approach in artistic processes and practices decolonization of art production and sees a value in shaping new collective realities to change the industry. Lately Ö.Diakité have been working as choreographic assistant for Tamara Alegre with the new piece NOS FUIMOS that will premier 2022 and for Bambam Frost where they also performed in her latest work YES 2021 and later this year Ö.Diakité are premiering a new work immortal summit together with Bambam Frost.
Ö. Diakité laid the foundation for Dance Cooperative and runs it together with 15 artists in Copenhagen. Since 2019, Ö. Diakité is on the board of The Union, a workers union that works towards the elimination of racism on the culture and art scene in Denmark.

étape de travail

TU – Théâtre de l’Usine, 50′
Mar 16.11 / 19:00
Mer 17.11 / 20:30

Conception et chorégraphie : Tamara Alegre
Danse et chorégraphie : Élie Autin, Margarida Alfeirão, Tamara Alegre
Assistance chorégraphique : Lydia Östberg Diakité
Composition musicale : Talisto et Dinamarca (avec un mash up de Throat by Gage)
Remixes and sound vibrations : Soraya Lutangu aka Bonaventure one song from an early 2K20 post-club experience by Golce
Costumes : Giulia Essyad, Abrenos Tanga
Scénographie : Ceylan Östürk
Oeil extérieur : Karina Sarkissova
Création lumière: Sel Dir Melaizi
Rédaction texte de présentation : Valentina D’avenia avec Tamara Alegre
Photo et vidéo : Gaïa Lamarre
Production, administration et promotion : Ars Longa
Coproduction : Arsenic – centre d’art scénique contemporain Lausanne, MDT – Stockholm Soutiens :Ville de Lausanne, Loterie Romande, Fondation SIS
Remerciements : Eytana Acher, Ali-Eddine Abdelkhalek

Photo: (c) Gaïa Lamarre